Ces leçons apprises en 20 ans

Dans bientôt moins d’une semaine c’est mon anniversaire. Mais surtout mon vingtième anniversaire. Ce qui n’est pas rien. Cet anniversaire, est celui que j’ai toujours redouté. Et surement celui qui va être le plus dure à passer. 

Avoir 20 ans, pour moi représente en plus de la majorité, l’entrée dans la vie adulte. Et comme je ne peux pas arrêter le temps, je peux toujours me servir de mon vécu, mes expériences et de mes erreurs pour ne pas reproduire « ces erreurs d’adulte ». 

Voici donc quelques leçons que j’ai appris en 20 ans ! 


Etre plus égoïste 

Petite, je me disais souvent que ce que je fais pour les gens, ils le feront pour moi. Je me souviens de certains moments notamment au collège, où lors de certaines évaluations, je donnais ma feuille pour que mes camarades puissent tricher, mais au final je finissais seul à la récréation. 

Aujourd’hui, je suis moins seul, mais plus égoïste. Ce que j’ai je le garde pour moi et je le donne qu’ en échange.


Arrêter de toujours vouloir avoir raison  

Lorsque mes parents venaient juste de divorcer, je passais mon temps à me disputer avec mon père. Pour la simple et bonne raison qu’il avait d’autres priorités que moi. Mais avec le temps, j’ai juste compris que c’est son choix et qu’il vaut mieux continuer mon petit bout de chemin et accepter son avis.  


Me comparer aux autres 

En 20 ans j’ai appris à me comparer pour avancer. Me comparer aux autres, c’est mon moteur.  Comparer dans le sens où je regarde énormément le parcours de personnes qui ont réussi. Je me dis que si ces personnes-là ont réussi alors moi aussi je peux le faire. 


Qui ne tente rien, n’a rien 

La plus grande leçon que j’ai apprise c’est qu’il n’y a rien sans rien. Toute ce que j’ai, aujourd’hui c’est le fruit de mon travail. A vrai dire je n’ai pas vraiment le choix. Grandir dans une famille à problème c’est compliqué, et pour avoir une meilleure vie, je n’ai pas le choix que de travailler.  


On ne peut pas tout avoir dans la vie 

J’ai aussi appris que le fruit de mes efforts sera rarement à la hauteur de mes attentes. J’ai énormément travaillé sur moi-même ces deux dernières années, notamment tout ce qui concerne ma gestion du temps. J’essaye d’être la plus productive possible. Il y a des résultats positifs, mais pas forcément ceux attendus. 


Passer par la fenêtre lorsque les portes sont fermées 

J’ai appris que même lorsque l’on me ferme les portes, il faut que je trouve un autre moyen de montrer que j’existe. J’ai appris cette leçon cette année, lorsque j’ai fait ma recherche de stage de fin d’année. J’ai passé quasiment une année à envoyer des lettres de motivation, CV à des organismes en tout genre. Que ce soit des entreprises, des associations, des organismes humanitaires. Sans réponse. Et puis un jour je suis passé par une plateforme pour personnes âgées et j’ai été prise en stage en communication pour une association qui lutte contre l’exclusion social.  


M’entourer de personnes qui m’aiment 

Avec la vie assez compliquée que je mène, j’ai remarqué que le peu de personnes à qui je tiens me sauvent la vie. Et je pèse mes mots. Dans les moments compliqués, ça fait du bien d’avoir une épaule sur lesquels pleurer. Être bien entouré, m’a aussi permis de prendre des bonnes décisions, et être motivé lorsque je n’avais plus l’envie.  


Être responsable de mon bonheur  

J’ai remarqué que lorsque je ne suis pas en phases avec tout ce dont j’ai besoin et envie, j’ai tendance à être malheureuse et froide avec les gens alors qu’ils n’ont rien avoir.  
J’ai beau être bien entouré au niveau de mes fréquentations, j’ai compris que mon bonheur ne dépend en grande partie que de moi, du rapport que j’ai avec moi-même, de mes envies, mes ambitions, mes rêves.  


Profiter des bons moments 

L’un de mon plus grand regret c’est le fait de n’avoir jamais profité des bons moments quand je le pouvais. Plus je grandi et moins il y en a. Alors dès que je passe un bon moment, j’essaye de me déconnecter de tout, de profiter du moment présent, par ce que je ne sais pas quand est ce que je pourrais en vivre en autre. 


Prendre soin de moi 

L’une des leçons que j’aurais aimé appliquer plus tôt c’est de prendre soin de mon corps. J’entends encore ma mère me répéter de mettre de la crème sur ma peau pour éviter que ma peau s’abîme. Je ne l’ai pas écouté, et puis maintenant elle est bien abîmé. Cela fait maintenant 2 mois que j’essaye tant bien que mal de réparer ma peau en me faisant de soin. 


Demander de l’aide 

Pendant des années, j’ai pris sur moi lorsqu’il s’agis de violence intra-familiales. Avec le temps, pour éviter que ça se termine en suicide ou meurtre, j’ai appris à demander de l’aide. 

J’ai appris que dans certaines situations, lorsque je perds le contrôle, ou que la situation devient dangereuse, il est important de demander de l’aide. De l’aide aux personnes qui ont les compétences requises.  


Pleurer, débattre, discuter, se disputer ne règle pas les problèmes

Il faut des actions concrètes et non des paroles. 


Des leçons, j’en ai appris en 20 ans. Mais les plus marquantes, celles qui m’aident quotidiennement sont celles-ci. Elles n’ont pas toujours été facile à apprendre. Mais je les garde dans un coin de ma tête pour les épreuves de la vie qui m’attendent pour les 20 autres prochaines années à venir. 


Et vous quels sont les leçons que vous avez appris ? 

2 commentaires sur “Ces leçons apprises en 20 ans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.